vendredi 16 février 2018

Les conséquences de la maltraitance dans les élevages



Il est prouvé qu’un être humain grandissant sans contact physique ou verbal avec ses congénères meurt. Ou s’il reste vivant, son cerveau ne se développe pas. Le relationnel étant indispensable pour un développement équilibré des fonctions cognitives. Il en est de même pour les animaux.

J’ai décidé de me mettre à l’écoute d’un lapin orylag photographié par L214 en décembre. Ces lapins sont élevés pour leur fourrure dans des conditions exécrables (notamment dans un laboratoire de L’INRA ) sans respect de leur besoins élémentaires et relationnels. Ces lapins grandissent séparément, sans contact entre eux.
Je tente d’entrer en contact avec l’un deux, via une photo, pour connaître ses ressentis. Une fois connectée, j’ai face à moi un être prostré, apathique, qui ne comprend pas que je m’adresse à lui. Il ne répond pas. Et il n'a aucune réaction au contact de mes caresses. Il est manifestement traumatisé.
Je lui envoie des images pour lui demander ce qu’il vit.
Voici ce qu’il exprime : « Je respire difficilement, j'ai froid.je n’ai aucun contact, j’ai peur. »
Qu’est-ce que la vie pour lui ? Ce n’est rien d’autre que manger et respirer. Il ne sait pas non plus ce qu’est la mort.
Que puis-je faire pour lui ? Il s’étonne que je m’adresse à lui « Pour moi ? ». Comme si cela n’avait aucun sens. Alors bien sûr, il ne veut rien. Puisqu’il ne connaît ni la vie, ni la mort.
Sait-il ce qu’est un humain ? (j’envisageais que des hommes passaient lui donner à manger ou le voir)
Mais il ne sait pas ce qu'est un humain. Rien n’est vivant dans son environnement - hormis les autres lapins qu’il entend. Pour lui, ce sont des machines qui lui apportent à manger. Les hommes sont-ils associés à des machines selon sa perception du monde ?
Je tente de lui expliquer que tous les hommes ne sont pas pareils. Son esprit s’égare. Il ne peut être réceptif on ne lui a jamais parlé ni pris soin de lui.
Parlez et échangez avec les animaux et chacun s’enrichira de part et d’autre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire