mercredi 18 décembre 2019

S’il vous plaît, arrêtez de le frapper.


« Sale P*** ! »
Fut l’interjection finale d’une adoptante à mon égard.
Je suis, parfois, témoin de scènes d’adoptants battant leur chien sans jamais intervenir. Mais cela me pèse sur le cœur. Alors cette fois, j’ai demandé à la jeune femme pourquoi elle avait frappé son chien avec la trique qu’elle tenait en main (courte, rêche qui doit lui faire bien mal au flanc). Sa réponse sur un ton plus qu’agressif fut « De quoi vous mêlez-vous ? ». Éduquer son chien sans le frapper, par exemple ! « Je fais ce que je veux…. Allez-vous en où ça va mal finir. » etc.
Je suis repartie avec cette violence.
Pourquoi ces personnes battent-elles leur chien ? Rien n’est évident. Tire-t-il trop ? Pourtant la laisse est déjà archi-courte. Une autre femme a simplement dit « Il m’énerve ». Mais qu’avait-il fait ? Je n’avais pas vu de comportement bizarre et même son chien l’a regardée d’un air interloqué : « Qu’ai-je fait pour que tu me battes ? »

Il est quasiment impossible de faire entendre à ces adoptants qu’éduquer ne passe pas par la violence. Il est « normal » de frapper son chien. Comme il est « normal » pour certaines personnes de frapper son conjoint ou ses enfants, avec les dégâts que l’on connaît.

Un chien n’est pas un souffre-douleur.
Un chien n’est pas un esclave.
Un chien n’est pas un défouloir émotionnel.

Le chien est l’animal le mieux disposé envers l’homme, le plus serviable, le plus compréhensif. Il est l’animal qui nous renvoie le plus d’émotions de façon évidente et donc, avec lequel il est si facile d’avoir des échanges.
Le frapper le perturbe. Il ne comprend pas ces variations émotionnelles : je t’aime et pourtant je te frappe.
La plupart des adoptants frappeurs se défoulent sur leur chien. Ils passent leur mal-être, leur violence intérieure, leurs insatisfactions.  

Éduquer un chien passe par des explications, parfois par des ordres et des récompenses, mais jamais par des frappes. Seules les explications fonctionnent : Pour exemple : « Quand tu tires sur la laisse dans la rue, je suis inquiète car tu peux m’emmener sur la chaussée où roulent les voitures. Je te demande d’être calme dans la rue.»

Expliquez, prévenez sont les maîtres mots de l’éducation d’un animal de compagnie. Et pitié, cessez de le battre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire